Le respect du vivant dans sa biologie et son écologie

poules.JPG

Ce que je tente de faire ici est une visualisation des principes de base à respecter dans différents secteurs d'activité pour assurer le respect des êtres vivants.

 

Les besoins
J'entend par là tous les besoins qu'un être vivant a. Évidemment il faut se baser sur les recherches déjà faites sur les différents vivants pour les connaître et non pas se fier sur les méthodes actuelles de productions animales par exemple. Voici quelques exemples de besoins à combler.

  • Alimentation équilibrée suivant son métablisme
  • Santé et sécurité
  • Activité mentale
  • Intéractions sociales
     

Selon le vivant en question, les besoins seront très différents. Une plante verte n'aura pas besoin de divertissement mental, même si des études ont montré que la musique classique leur était bénifique!

Loi 1 : Lorsqu'un vivant est utilisé on doit respecter tous les aspect de sa biologie et de son écologie.

Loi 2 : Lorsque la décision est prise de retirer la vie du vivant alors que celui-ci peut encore respecter sa biologie, son corps doit être utilisé de manière optimale. Si la vie est retirée par compassion, son corps devra recevoir une cérémonie suivant le rite choisi.


Le droit des humains dans tous ça?
Juste un petit mot avant de commencer. Je vois souvent les défenseurs des droit des aînés, des femmes ou des enfants se choquer contre ceux qui militent pour le droit des animaux. Lequel est le plus important à défendre...? Les deux vont ensemble. Respecter le vivant dans ses besoins biologiques. Qu'il soit humain ou animal. Quand on attaquera le problème des animaux de front, la roue entraînera avec elle un changement pour les soins aux humains également. Le FBI a récemment ajouté au code criminel la cruauté envers les animaux.  Ils ont remarqué que les crimniels d'actes violents et les meurtriers avaient tous un historique de curauté et de violence envers les animaux avant de passer aux humains. Donc, les arrêter alors qu'ils s'en prennent encore "seulement" aux animaux, évitera des victimes humaines plus tard.


Secteur agricole
On devra voir à ce que chaque animal ait l'espace suffisant pour bouger à sa guise. L'accès à l'extérieur et à l'intérieur.
Le respect de sa génétique. Si un boeuf prend tant de gramme par jour durant sa croissance, c'est sa biologie et sa génétique qui le dicte. Forcer par quelconque moyen une prise de poids plus rapide ne respecte pas sa nature. Le nourrir avec la nourriture qui lui conviendra, pas ce qui est meilleur marché! Un boeuf mange du foin et de l'herbe. Aux États-Unis, les boeufs sont nourris de maïs, ce qu'ils ne digèrent vraiment pas bien en fait. Ils ont alors des problèmes d'estomacs qui se traduisent par une prolifération anormale de bactéries dans leur système digestif. Alors comme les boeufs tombent malades, ils reçoivent des doses régulières d'antibiotiques pour contrer le problème. Alors que la solution serait simplement de les nourrir avec du foin!

Le coût dans tout ça?
Si on prend en compte tous les changements à apporter à notre système d'élevage pour respecter les êtres vivants que nous utlisons, on se rend compte que le coût de l'élevage augmenterait drastiquement! Et c'est normal! En ce moment les animaux d'élevage sont des esclaves. Ça coûte pas cher un esclave!  Pour le moment, quelques systèmes suivent mon modèle. L'élevage Biologique ainsi que l'élevage maison ou de petite échelle. Le coût d'un poulet biologique est environ deux fois plus élevé qu'un poulet industriel, et c'est tout à fait normal! Plusieurs diront, mais nous sommes pauvres et nous n'avons pas assez d'argent pour acheter du Bio. C'est faux. Si le régime se compose d'aliment végétaux protéinés comme les légumineuses, ainsi que de noix, etc, il est facile de combler les besoins nutritionnels de toute la famille sans payer plus cher. La viande est un luxe. Elle est devenue un aliment de base de bien des familles dans le dernier 100 ans et ce n'est pas normal!


Fourure
L'élevage pour la fourrure qui se fait présentement est totalement barbare. Avec le principe du respect de la biologie du vivant, les animaux élevés pour leur fourrure devront avoir l'espace nécessaire ainsi que tous les autres aspect de sa biologie respectée. En faisant ainsi, l'élevage sera beaucoup moins intensif et il sera possible d'en faire. Le prix de la fourrure montera en flèche, c'est normal, c'est le coût normal pour utiliser un être vivant.


Animalerie
En animalerie on devra s'assurer que la garde d'animaux ainsi que son élevage respectent les besoins de chaque espèce. Inclure une responsabilisation du producteur et de l'adoptant.

L'élevage de rongeurs comme nourriture à reptile est tout à fait permis, dans la mesure où le rongeur recoit les conditions nécéssaire au respect de ses besoins. Pour vous parler d'un sujet que je connais bien, l'élevage de gerbille, un rongeur désertique fort sympatique. L'élevage de ce rongeur se fait de manière monogamme, c'est à dire qu'on gardera une mâle et une femelle par habitat à la fois. Dans le cas des souris et des rats, il est possible de mettre en commun plusieurs femelles avec un seul mâle. Chez la gerbille, si cet aspect n'est pas respecté, on aura un fort taux de mortalité chez les bébés dû à des agressions répétés des femelles entre elles et envers la portée de l'autre. Le stress sera très élevé et des blessures sévères peuvent survenir, même allant jusqu'à la mort.

Donc chaque type d'élevage d'animaux destiné à servir d'animal de compagnie (ou sa nourriture) devra suivre ces mêmes règles.


Chasse
La chasse sera aussi permise. Comme l'homme est un prédateur, il pourra chasser. La chasse est déjà, je trouve, bien réglementée. Il y a des quotas à respecter, pour assurer un renouvellement de la population. En règle général, toutes les parties de l'animal sont utilisées, puisque les boucheries donnent ensuite les restes qui serviront à nourrir les chiens. Il faudrait vérifier si le cuir est aussi utilisé. C'est certain qu'il y a le braconnage et le gaspillage, mais ça, respect du vivant ou non, il y aura toujours des humains qui ne comprennent rien et font à leur tête!


Animaux pour divertissement
Les animaux de sport tel les chiens ou chevaux de course. Selon mon modèle, il serait permis de faire courrir des chiens pour faire des paris. Par contre, l'humain responsable de son chien de course devra respecter son chien et sa biologie. Un chien adore courir. Surtout les levriers. Mais chaque vivant a ses limites. Par l'entraînement et une bonne alimentation, on peut augmenter ses capacités. L'utilisation d'hormones et de produits chimiques qui ne respectent pas la biologie serait évidement interdit. De plus, on devra respecter ses capacités d'entraînement et cesser aussitôt que l'animal montre des signes de fatigue.

Pour les rodéos, il est clair que dans cette logique, les animaux montrent des signes de détresse en tout temps! Ils ne se sauvent pas et ne se ruent pas parce qu'ils s'amusent! Donc ce serait simplement à bannir, ou sinon accepter les batailles avec des lions et des ours tant qu'à y être!
 


Au final, ce n'est rien de bien compliqué, dans plusieurs secteurs, les producteurs changent leurs pratiques par eux-même. Mais il en revient à la population de choisir ce qu'elle veut encourager. Posez des questions à l'épicerie et à vos élus. Montrez que vous voulez que ça change!

 


Au moment d'écrire ce texte au début de 2015, le Gouvernement du Québec n'avait pas encore commencé à discuter de leur projet de lois sur les animaux. C'est une bonne chose que maintenant, en 2018, ce sujet avance dans la bonne direction.
Pour voir l'annonce du projet de loi 54